Aujourd’hui, je vais vous présenter la principale cause de mon silence depuis la fin du mois d’août, la cause de tous mes maux, la cause de l’accélération de la dégénérescence de mes petites cellules grises : j’ai nommé le manteau de mon pirate des Caraïbes. « Ca y est, elle a pété un plomb », vous vous dites.

 

Eh ben… pas loin, à en juger par une des dernières requêtes Google ayant atterri sur mon ancien blog (Perlesananou) : « Patron robe Vauclaire ». Je m’interroge… (Ndt pour les non Périgourdins : Vauclaire, c’est l’hôpital psy dans mon département…).

camisole

La cause :

megaventure

 

Le remède (et finalement cause de ma destruction mentale) :

patron

Alors évidemment, ce n’est ni le pantalon, ni la chemise, ni le gilet que je me suis décidée à coudre en premier, moi pauvre et misérable petit scarabée, éternelle débutante en couture ! Non non non, le justaucorps, le manteau, rien de moins !!

 Mes ennuis commencèrent là.

 Premièrement, achat du patron sur Internet, je ne mettrais pas le nom de la boutique pour ne pas lui faire ombrage (après tout, ce n’est peut-être qu’un bug, on va pas juger au premier achat), mais j’ai attendu ma livraison plus de deux semaines… Et ensuite, j’ai retrouvé ledit patron environ 10 fois moins cher sur Etsy… Là, j’ai commencé à être un peu amère…

 Deuxièmement, achat du tissu, je ne reviens pas sur les épisodes précédents, mais pour résumer, sachez que trouver du tissu par ici, c’est la zone (et zone commerciale en fait, et plutôt à l’opposé géographique de ce qui m’intéresse… Youpi). Bon, il se trouvait qu’à ce moment-là (cet été, au moment où tout a continué), Oasis a liquidé avant travaux, et j’ai pu faire plusieurs emplettes totalement inutiles indispensables, dont je vous reparlerai prochainement. Parmi ces achats, se trouvaient donc les 6 mètres de tissu nécessaires à la réalisation de ce p@#tain de manteau de la mort. En fait, c’est surtout la couleur qui allait bien, parce que la texture, pardon, mais c’est du tout mou, aucune tenue (la première qui fait un jeu de mots scabreux, elle sort). Résultat des courses, il a fallu l’entoiler totalement, de pied en cape (oh le jeu de mots pourri !). Pardon Mamie, mais deux de tes draps anciens y sont passés… Cela dit, ça valait le coup, puisque maintenant, il tient debout presque tout seul, et ça nous fait une belle pièce qui va bientôt atteindre les 12 kilos !!!

 Troisièmement, j’ai entoilé toutes les pièces, cousu les poches, ouais pas mal du tout (et puis surtout te presses pas, hein, des fois que tu ais fini dans les délais) et là, le maître de jeu a tout arrêté et m’as dit « fais-moi un jet de santé mentale », et là je raté mon jet…

des

Je savais d’ores et déjà que j’étais cuite… C’est là que j’ai attaqué les manches, et j’ai su, dès ce moment-là que le justaucorps de mon pirate ressemblerait à celui-là (autant dire, pas très frais) :

chtulu_pirate

Plutôt qu’à celui-là :

johnny

A ce jour, je n’ai toujours pas percé le mystère du soutien des têtes de manches, malgré cet excellent article sur Thread and needles : http://www.threadandneedles.fr/blog/13058-soutenir-une-tete-de-manche/ : les repères ne correspondent pas et les manches sont froncées, c’est un carnage.

 J’ai fini par faire un truc portable (et encore pour les myopes sans lunettes), qui devra subir une épreuve de rattrapage : il n’est pas doublé, la parementure n’est pas fixée, je n’ai pas mis tous les boutons (à 4 h, je voyais plus le chas de l’aiguille). Pire, l’ourlet invisible est plus que visible, puisqu’il a été fait en fil bleu marine (j’avais plus que ça), et que l’histoire du pied pour ourlet invisible me paraît encore plus fumeuse que le théorème de Fermat (résultat de l'arithmétique modulaire, qui peut aussi se démontrer avec les outils de l'arithmétique élémentaire). L’ourlet en question a été réalisé à 3 h 53 du matin, la partie devant commencer genre vers 11 heures, à 180 km de là (voyez l’embrouille ?). Il paraît que tout le monde l’a trouvé très bien (les incultes, et le bon et gentil menteur de mari !).

 

Photo_058

Simone vous présente le pirate frock coat, patron simplicity 4923. Comment, ça, je ne vous ai pas présenté Simone ? Une présentation plus détaillée viendra en son temps (je suis un raton couseur un peu mais rêveur beaucoup, vous n'avez pas oublié la chanson ?).

Photo_063

Pardon pour les photos pourries, mais j'en ferais des mieux quand on sera passé à la version 1.2 pas bêta, (pas tout de suite), parce que là franchement, je vais faire un break au niveau pirates...

 

Alors là, normalement, je devrais être bien calmée avec la couture et les costumes, non ? Ouais, ça m’a calmé une bonne demi-journée (la journée qui suivit cette nuit orgiaque de couture, j’avais une de ces gueules de bois, je vous raconte même pas). Et puis en fait, je me dis que je me verrais bien en Elizabeth Swann…

elisabeth

 

D’ailleurs, je viens de commencer à broder la pièce d’estomac, mais chut, c’est une autre histoire !