Après une première tentative somme toute assez réussie, compte tenu du temps passé sur la chose (rappelez-vous), le pirate rebelle n’en a toujours pas démordu : pour Carnaval, il voulait être déguisé en « chauve-souris-très-méchante-et-qui-fait-peur ». Je ne voulais pas qu’il reprenne la cape #1, qui s’attache autour du cou (moyen pour le défilé à l’école, je tiens un petit peu à garder mon petit garçon en état…), et qui n’a même pas d’ourlet (du coup, ça s’effiloche de partout).

 

Donc, ce coup-ci ; il m’a fallu un peu plus d’une demi-heure.

Première étape :

réflexion et dessin. Sur Internet, j'ai trouvé ce tuto très chou :

 

http://alphamom.com/family-fun/holidays/do-it-yourself-kids-bat-costume/

 

Je suis partie de ce que j’avais comme patron à ma disposition, à savoir le Burda 5317 :

  http://img0.etsystatic.com/000/0/5128450/il_fullxfull.864396.jpg

Et plus particulièrement, le modèle E : je recommande particulièrement ce modèle aux mamans pressées : les manches et le corps sont d’un seul tenant : il y a donc deux morceaux à coudre.

 J’ai ensuite, en prenant le dessin de la découpe de l’intérieur des bras, dessiné les ailes de la chauve-souris.

 

Deuxième étape : le drame des provinciales pour trouver des fournitures. J’ai du parcourir plus de 200 km pour trouver de la polaire qui ait suffisamment de tenue, par rapport à l’idée que j’avais en tête (ça a beau être Mardi-Gras, c’est polaire le froid, donc le tissu sera polaire lui aussi ^^ ), et également de la baleine plastique pour rigidifier les ailes.

 

Troisième étape : vaincre la phobie des tissus extensibles. Le yoga m’aide beaucoup. Je respire doucement, je ne tire pas comme une malade sur le tissu, je choisis un fil 100% polyester et surtout je change mon aiguille juste avant de commencer pour une aiguille stretch (épaisse, l’aiguille).

 

Quatrième étape : tenter de finir aux urgences en se mettant le doigt sous l’aiguille : ça, c’est fait. Plus de peur que de mal. Ouf.

Allez, des photos :

Photo 125

Photo 126

Le pull Chauve-souris. Burda 5317, taille 98 (pour un quatrans qui s'habille en troizans). Patron des ailes (cémoikiléfait...). Polaire biface noire-blanche (Toto Toulouse), Satin polyester (marché Brive-La-Gaillarde), baleines à crinoline pour la tenue des ailes.

Cinquième étape : le masque. Toute chauve-souris qui se respecte, qu’elle soit connue ou non, se doit d’être masquée. La preuve :

 

  

Quand on cherche dans Google, les résultats de « masque chauve-souris » sont assez décevants et gna-gnan (et ma chauve-souris, elle veut être méchante et faire peur, ça exclue donc le gnangnan). Par contre, on a des bons résultats en tapant « bat mask ». J’avais donc choisi ce modèle :

Ca fait peur, non ? Tout compte fait, le pirate rebelle a choisi ça, et j'approuve totalement son choix :

bat_maskhttp://www.bats.org.au/?page_id=67

Ce qui donne :

Photo 130Dessin imprimé, collé sur un carton, le tout peint au vernis à ongles gris argenté.

Le dessin est repassé au feutre noir, puis deux couches de vernis colle.

L'élastique est cousu directement au carton.Les trous pour les yeux sont trop petits. J'ai un peu agrandi, mais il faudra agrandir encore.

 Dans la série "Mon fils est un gothique", je vous présente :

2013_02_13_11


Alors, elle vous fait peur, hein, ma chauve-souris ? En tous cas, lui, il est ravi !